Admirer les fleurs

Recherche au fond de toi les trésors cachés. Tu peux y trouver beaucoup d’amour, quelques voyages dans les yeux, les paysages qui défilaient serviront à te guider. Tu sais, ce qui est étrange est la façon dont tu es capable d’interpréter, toutes ces choses que la vie t’envoie pour te défier. Être héros, dans son histoire est la clef du succès. Tu as vu que les tempêtes finissent toujours par s’arrêter, en relevant la tête, tu deviens ce que tu souhaites et en regardant plus loin dans tes rêves, tu sauras arranger ton échiquier, tous les pions t’emmèneront là où tu l’auras désiré. Rien n’est facile, tu le sais. Et rien n’est rapide, jamais. Il faut te battre sans cesse, sans avoir le goût amer d’une possible défaite. Il faut savoir respirer dans les eaux profondes sans avoir peur de perdre la vie. Vivre pleinement chaque instant et puis si c’était pas vraiment comme tu l’avais dit, tant pis. C’est ton attitude qui montre ton niveau d’altitude. C’est ta façon d’interpréter les signes et les épreuves qui te conduira là où tu dois être. Le temps est précieux et si tu te perds en chemin, ouvre grand les yeux. Et respire, respire tout l’or du monde en morceaux de confettis. Et expire, expire la colère, la haine, en frappant s’il le faut tes poings par terre en n’oubliant pas de te reconnecter à elle. Elle, qui sans cesse fleurit ses fleurs pour remplir ta vie de douces couleurs. Sais-tu les regarder ? Et oui…sais-tu les regarder….

La femme qui rêve

Le tableau de la douce vie imaginaire, d’une écrivaine au cœur de poétesse. Il était posé sur le rebord de la fenêtre en attendant que la peinture sèche. Les rayons du soleil, avaient teint la pâleur de son visage et quelques feuilles s’étaient accrochées au cadre. Elle ne souriait pas mais, ses yeux le faisaient pour elle. À travers son regard, on contemplait le ciel. Un peu comme un miroir, il était doux de la regarder dans le noir. Les étoiles lorsque la nuit se réveillait, faisaient briller ses cheveux corbeau, et les oiseaux du soir, lui racontaient des histoires, de fantômes et de gens invisibles au parfum qui enivrait l’espace. La toile, malgré la tempête, ne bougeait pas. Mais, les enfants disaient voir des cheveux dans le vent danser jusqu’à tard.